17/02/2009

pardonner et dire "je t'aime"

voilà un texte écrit il y a quelques années à la mort de mon père. Ce soir, j'ai eu envie de le mettre ici afin que les gens pensent a pardonner aux gens qu'ils aiment avant qu'il ne soit trop tard.

Lettre ouverte à mon père

 

Le suicide, voilà quelque chose qui m’a toujours posé problème : courage ou lâcheté telle est la question ?

 

            Pour toi, je te connais assez pour dire que la réponse est toute trouvée, c’est de la lâcheté. En effet, après avoir vécu dans une bulle de mensonge depuis des années, la cruelle réalité a dû te rattraper et tu ne l’as pas supporté. A ce que je sais pour le moment, ce fameux jour tu as décidé de te pendre. Que de dettes accumulées, que de mensonges réalisés pour te faire des amis (amitiés basées sur des idées fausses… ?!!), que de larmes versées sur tes histoires a fendre le cœur, que de cœurs piétinés par ton passage, que de rancoeurs, que de gâchis en réalité. Tant de choses à te dire sans pour autant réussir à trouver les mots justes, les mots pour exprimer ce que je ressens : rancune ? Haine ? Surtout de la douleur…

 

             Maintenant, il est trop tard pour pouvoir t’ouvrir mon cœur en face, beaucoup trop tard… Tu n’as pas su appeler « au secours ». Comme dans l’histoire de  «l »homme qui criait au loup » ça devait être une fois de trop.

 

            Toi qui ne travaillait pas, toi qui vivait réellement de l’aide des autres, comment as-tu pu vivre dans  cet appartement avec terrasse, jardin et dépendances en plein centre ville de la ville close. Moi qui appréciait tant cette ville de Concarneau, je ne pourrais jamais y retourner sereinement, je t’imaginerais toujours a te balancer au bout de cette maudite corde que j’aurais tant voulu couper tant qu’il était temps…

 

Trop tard !!! Pourquoi ???

 

Toi qui m’a fait tant de mal, toi qui, après tant d’années, je ne parviens pas a oublier. Toi qui me fait aujourd’hui tant pleurer. Sur ta tombe, trois mois après, toujours des fleurs fraîches, tu vois qu’on ne t’oubli pas, tu vois que tu était aimer, alors pourquoi ? Pourquoi me faire ça ? As-tu au moins réussi à faire se rejoindre tes rêves et cette maudite réalité. Tu vivais dans une ville d’eau, à côté du musée de la pêche alors pourquoi à ce moment là ? Tu n’as pas supporté la cinquantaine ? As-tu appris que tu allais être grand père et cela t’a-t-il fait réaliser que tu n’avais plus 15 ans ? En parlant de grand père, comment pouvoir expliquer à une enfant (dans quelques années) que son papi s’est pendu plutôt que d’affronter la réalité, qu’il a disparu après 4 ans sans donner de nouvelles.

 

            Comment les gens pourraient-ils comprendre ma situation ? Pour Sébastien, c’est plus simple pour plusieurs raisons :

-          d’abord, il t’a beaucoup moins connu

-          ensuite il ne t’a jamais vraiment aimé et certainement pas comme je t’aime encore aujourd’hui

-          Pour lui c’est si simple de tout passer à l’ironie, de tout passer à la haine…

 

Pour moi, tu m’as appris trop jeune que l’amour pouvait se transformer si vite en haine, en désespoir.

 

Mon Père est mort

 

Comment faire comprendre aux gens ce que tu m’a fait subir. C’est tellement dur de s’apercevoir un beau jour qu’on est plus vieille que son père, que son idole de toujours n’est qu’un être humain encore pire que les autres puisqu’il vit dans un monde à part, un monde de rêve, un monde où la réalité n’a pas sa place, ou sa fille n’est q’une copine à qui l’ont ment comme les autres, à qui on raconte tellement d’histoires, tellement de promesses, tellement de rêves en oubliant juste de dire que ce n’est qu’un conte de fée qui ne se réalisera jamais. De refuser tout net le jour où elle grandit car ça risquerait de nous faire revenir à la réalité, alors on préfère fuir le jour où elle ne croit plus au conte de fée, la pauvre princesse est devenue femme mais le gentil roi est redevenu grenouille et qu’il a perdu tout ses pouvoirs pour vous faire rêver.

 

            Comment les gens pourraient comprendre un père qui laisse sa copine traiter sa fille de pute sans rien dire, sans rien faire, qui la laisse disparaître avec son jeune frère en plein Paris pour éviter d’entendre une dispute, sans même la rechercher, sans même sembler s’apercevoir de son absence…tant d’exemples, tant de douleurs, tant d’incompréhensions…

 

            Les gens croient qu’on affabule, qu’on invente pour salir ce père absent. Tu étais absent mais, pourtant je t’aimais tant, pourtant je t’aime toujours autant, c’est pour ça que j’ai si mal !!!

 

            Dans la famille, on ne peut pas comprendre que je regrette ce père indigne, ce père qui a renié sa famille pour des questions d’argent, qui a renié sa fille parce qu’elle ne voulait plus croire ses histoires, qu’elle voulait juste qu’il la rejoigne dans la réalité, qu’il s’éloigne des personnes qui le poussaient à rester dans sa bulle. Plus le rêve est grand, plus dure sera la chute, pour toi, elle sera fatale… Et moi je n’étais pas là, pas là pour t’aider, pas là pour couper cette corde, pas là pour te dire adieu, pas là pour te dire que malgré tout je t’aime…

 

            Tu avais raison, je suis une fille indigne puisqu’on ne m’a avoué les choses que trois mois après. Pour quoi, pourquoi ne m’avoir pas laissé te pardonner et effacer toutes les querelles pour t’accompagner pour la dernière fois avec mon cœur ouvert, libéré…

 

            Je voudrais tant comprendre ce qui a déclenché ce geste de désespoir, quel a été le facteur déclenchant ? L’élément nouveau ?

Je voudrais tout savoir de ses 4 années sans nouvelles, mon imagination ne suffit plus pour imaginer ta vie loin de moi.

           

            Je cherche des réponses mais je ne trouve que des questions supplémentaires.

 

            Je veux oublier les dettes que tu as accumulées et que ton frère a du honorer pour sauver ta mémoire, le peu d’honneur qui pouvait te rester…

 

            Je suis sûre que tu m’as laisse une lettre : pour me culpabiliser ? Pour m’expliquer ? Je ne sais pas, on ne veut rien me dire, je voudrais tant la retrouver.

 

            Ta princesse ne peut pas t’oublier, je n’arrive même plus à t’en vouloir vraiment. L’amour peut donc vraiment tout effacer (ou du moins atténuer) : la dessus au moins tu avais raison, tu ne m’avais pas menti…

0805270812443441369

 

 

 

21:09 Écrit par caline, petite f dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

Petite fleur Il est juste de l'autre côté de la porte.....

Écrit par : khloros | 18/02/2009

khloros je le sais, je le sens, et je l'aime

Écrit par : caline | 18/02/2009

Un jour avec, un jour sans, un jour blanc, un jour noir,c est comme ça et pas autrement et que dieu te vient en aide,et j ai voulu te dire de tout cœur je compatis avec ta douleur j espéré le meilleur pour toi et ton frère.

Écrit par : chakibsoad | 05/04/2009

Cette lettre que tu as écrite est très émouvante. Je te souhaite du courage et du bonheur ainsi qu'à ceux que tu aimes.

Écrit par : pitoresk | 26/04/2009

Les commentaires sont fermés.